me connaitre…

 

J’ai rapidement été sensible au bien-être par les thérapies alternatives.

J’ai pratiqué l’aïkido puis le tai chi chuan et c’est par les arts martiaux que j’ai retrouvé un des professeurs de musique du conservatoire (Michel Ricquier, pédagogue et trompettiste). Celui-ci proposait des ateliers aux élèves du conservatoire pour leur apprendre les techniques de relaxation, sophrologie, utilisation de nos ressources intérieures, bref tout ce qui peut les aider dans leurs pratiques musicales.


Pour compléter ces différentes techniques apprises dans le cadre des études musicales, j’ai fait différentes formations (musicothérapie, psychophonie) et un long travail collectif de recherche en psycho-énergétique.

C’est la pratique de la méditation (pleine conscience) qui remporte pour moi les suffrages, car elle développe, entre autre, l’écoute si importante en musique aussi bien que dans les relations humaines, et globalement notre relation au vivant.


Depuis mon tout jeune âge, il fallait que je chante tout le temps! Aussi, naturellement j’ai toujours aimé l’association instrument et voix, qui ne m’a jamais quitté dans mes activités de musicien.

Aujourd’hui, l’enseignement du chant comme je le pratique permet une approche de son corps (travail postural et respiratoire) où la détente est la condition sine qua non pour bien chanter! On approfondit la connaissance de soi dans toutes les composantes de son êtres (ses émotions, ses pensées, son héritage éducatif et culturel)


Je suis convaincu que la frontière est subtile entre la musique/chant loisirs et musique/chant thérapeutique. Quelle est la part de l’un ou de l’autre? Difficile à préciser mais toujours est-il que je ne compte plus les élèves venant apprendre la musique en loisir et qui me confiaient «si tu savais comme ça me fait du bien», «j’oublie mes soucis», «la musique me détend et me donne de l’énergie»etc…